Thursday, May 23, 2013

Avec mes (gros) sabots

 
Un jour, ma vie active s'est arrêtée brutalement.

Plus de boulot, pas même la certitude d'être un jour capable d'y retourner, plus de sport, plus de bénévolat, plus d'envie(s), plus de chant, même plus de voix (encore maintenant...), plus de rien...
Vide, néant absolu.

Après nous avoir soutenus, portés, accompagnés, les proches, famille et copains, ont dû retourner au turbin....
Comme ils ne voulaient pas nous abandonner comme ça, il fallait quand même remplir la vacance des jours et les nuits d'insomnie, ces peaux de vaches nous ont méchamment abrutis de DVD...
... DVD drôles si possible, ou n'entraînant aucune émotion à leur visionnage... en tous cas pas de réaction plus violente que celle du mollusque plongé soudainement dans de l'eau pure après avoir goûté pendant des décennies à l'eau de la station d'épuration!

C'est comme ça qu'au milieu de quelques rares bons films (les bons films ne sont pas faits pour être vus par des mollusques décérébrés!),
au milieu surtout d'une tonne de navets peu comestibles, est apparu un OVNI, l'intégrale d'une série télévisée française de TF1, toute droit venue du début des années 80, du temps où il n'y avait que 3 chaînes TV...  
Du temps où je portais des chemises de grand-père et où j'aurais préféré me faire trucider plutôt que d'aller au lycée sans mes sabots suédois et ma musette du surplus américain...

Non, je ne parle pas de "Pause Café".... Cherchez encore...
Non, ni "le Commissaire Moulin", ni "les Enquêtes du Commissaire Maigret", allez, encore un effort...
Non, pas "Marc et Sophie", ni "Marie Pervenche", non c'était avant...
Ça y est, vous avez trouvé?         "L'Esprit de famille !"

Figurez-vous que je ne l'avais jamais vu!  A l'époque de sa diffusion, je vivais loin de TF1, à San Francisco.
Ce fut un choc ... comment dire, un choc culturel? un choc spatio-temporel?
Retrouver mes 17 ans dans ce ... Je ne trouve pas le mot.
Navet? Trop fort (en goût)...
Bouillon clair? Trop insipide ...
Bref, j'ai pas du tout adhéré, mais j'ai quand même tout regardé, rappelez-vous, j'étais un mollusque décérébré.


Au même moment, je l'ai déjà dit, je me suis laissée entraîner dans les courants glauques d'Internet.
Et là, j'ai trouvé de tout, des géants, des dingues et des paumés (c'est des fois les mêmes!) et des daubes...

Daube, c'est le mot que je cherchais plus haut !
Ce feuilleton, vu par mes yeux de 20**, c'est une "daube atrocement datée".
On y trouve de tout! (A boire?), à manger, des herbes de Provence, du ragoût, de la guimauve et des bons sentiments...


... Finalement, ce qui me rend malade, c'est pas la daube, c'est que je suis sûre que j'aurais été une fan absolue en 1983!

Je sais, je n'ai absolument aucune excuse pour mettre cette chanson le jour de la mort de Moustaki, aucun respect!
Mais cette chanson, c'est une autre daube absolue qui m'accompagnait dans ces années-là...
Allez, avouez-le, vous l'avez écoutée aussi!




5 comments:

  1. Y'a tout... les sabots suédois (j'ai du implorer ma mère plutôt "bon chic bon genre" pour en avoir une paire comme les copines, les chemises de grand-père (du mien, le vrai !), la musette U.S & tu oublies les écharpes nouées autour du cou et l'essence de patchouli ! De vrais babas !!! Quant à la b.o... Lalanne, je dois l'avouer ICI, je l'ai vu plusieurs fois en concert jusque très tard dans la nuit... il enchaînait son répertoire avec Brassens & Barbara (j'ai encore les billets & les albums 33T) ! Merci pour cette "maison du bonheur" qui ne nous rajeunit pas mais qui me fait un bien fou !!! ;o)

    ReplyDelete
  2. Je n'ai pas oublié, j'étais sûre que tu saurais compléter ! ;-)
    (Il doit y en avoir d'autres aussi à qui ça rappelle des choses!)

    ReplyDelete
  3. P.S. Ce n'est pas un hasard, "la maison du bonheur", la Marette, pour moi la connexion est évidente!

    ReplyDelete
  4. PS: Preuves à l'appui sur la Marette !!! ;o)

    ReplyDelete
  5. PS2: Merci pour la connexion la Marette-la maison du bonheur ! On essaie...

    ReplyDelete